LA MAKE-UP SARIYE SE DÉVOILE AUTOUR D’UN CAFÉ CRÈME 2.0

[YAH] : Tout d’abord, peux-tu te présenter ?
Je travaille dans la fashion & beauty industry. Je suis née en Turquie, j’ai grandi à Paris et j’ai également vécu à New York.
J’ai grandi, entouré de la magnificence de l’architecture parisienne, des arts et de sa mix-culture, puis j’ai étudié la coiffure avant de commencer ma carrière dans le théâtre à l’Opéra Bastille.
Mon désir d’approfondir ma connaissance de la beauté du visage m’a conduit à étudier le maquillage dans une école parisienne spécialisée, cursus que j’ai complété par une formation artistique à l’Art Student’s League de New York (page facebook), où j’ai appris à sculpter le visage dans l’argile, tout en développant ma connaissance de la langue anglaise. J’ai fait mes débuts dans le sillage de créateurs tel que Pat Mcgraph (page facebook), Carol Lasnier, Charlotte Tilburry.
Durant cette période, ma passion pour la beautée et la mode s’est confirmée. Ma carrière a alors rapidement progressé. Mon oeil de peintre et mon goût pour la couleur et les textures m’ont ensuite mené à la fashion & beauty industry.

[YAH] : Pourquoi avoir quitter la Turquie ?
J’ai quitté la Turquie à l’âge de 11 ans à la suite des conséquences du coup d’état de 1980 durant lequel l’armée a pris le pouvoir. Mon départ de la Turquie n’était pas un choix volontaire de ma part, mais finalement cet exil fût pour moi une chance énorme.

[YAH] : Où as-tu étudié ?
J’ai étudié en Turquie, en France et à New-York.

[YAH] : Par quoi as-tu débuté ta carrière ?
J’ai débuté ma carrière par le théâtre avec la coiffure, par hasard lors d’une rencontre qui m’a amené à travailler sur une pièce de Marivaux « les sincères » où il y avait des coiffures d’époque à réaliser. Ce fût très intéressant.

[YAH] : Ton parcours artistique semble multiple, peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?
Oui, je pense que nous ne sommes pas une seule personne mais une multitude et lorsque on laisse chacune de ces personnes s’exprimer, cela devient très créatif car je peux à la fois maquiller-coiffer, masser, peindre, sculpter, dessiner et j’adore la photo; de ce fait j’ai une facultée d’adaptation multiple.

[YAH] : Comment qualifierais-tu ton travail ?
Je suis une entitée un peu décalée
un peu pop, moderne et expérimentale
Je papillonne sur toutes les fleurs.

[YAH] : Quelle est ta méthode de travail ? Pars-tu de croquis ou d’extraits divers qu’ensuite tu façonnes, ou est-ce le modèle ou mannequin qui t’inspire ?
Ma méthode de travail, je l’ai trouvé à New-york en fréquentant les galerie d’art où je trouvais toutes mes inspirations. De ce fait je suis une créatrice de mode. Oui je commence toujours par des croquis que je peins avec des cosmétiques et des matériaux divers comme par exemple des tissus, un paysage, une fleur, un film, un tableau. C’est à l’infini, le modèle ou le mannequin peuvent être des sources d’inspiration aussi. Et puis toujours avant de commencer le maquillage je fais une approche tactile « un délicieux massage du visage ».

[YAH] : Pourquoi aujourd’hui, t’es-tu arrêtée à Paris pour travailler ? Qu’est-ce que Paris t’apporte de plus que les autres grandes capitales de la mode ?
Je fais partie de ces déracinées qui se sentent bien partout à partir du moment où je trouve des liens créatifs et vibratoires « the vibe-mind », je pense que Paris a du talent, c’est une ville qui est difficile à apprivoiser mais une fois qu’on l’a dans la peau, on ne la quitte plus et puis le monde est à Paris. J’adore Paris et j’adore mon quartier aussi.
J’ai une vie de famille et c’est moins facile de concevoir cette vie à New-York ou à Istanbul. A Paris il y a un système scolaire qui me semble assez généreux et dans certaines Dans les écoles, il y a une pédagogie très recherchée comme à l’école Vitruve.

[YAH] : Est-ce que des collaborations t’ont marquées ?
Ma carrière à démarré grâce à une rencontre par hasard alors que je sortais tout juste de mon école de maquillage et que j’étais sur le chemin du retour vers chez moi. J’ai vu une affiche de casting, j’y suis allée et on m’a présenté le producteur Inoge Lezzi qui est le producteur de Michel Gondry (Page facebook – site web). Il m’a tout de suite fait confiance pour travailler sur son film comme chef make-up.

Lors de ma collaboration avec le photographe Christian Moser (site web), nous avons travaillé pour son expo intitulée plastic-one pour shu-eumura Paris Tokyo (ma marque de produits make-up préféré).
J’ai collaboré également à l’expo 40 ans de créations de mr. Yves Saint-Laurent (Page facebook) à New-York.
J’ai collaboré après mon retour de New-York, avec la photographe Isabelle bonjean (Page facebook). J’avais eu l’idée géniale d’utiliser des peaux de sole comme masque, c’était tout simplement magnifique.

À New-York, j’ai rencontré un coiffeur qui s’appelle Cemal. Cemal m’avait dit « everything around you have to became à make-up », il avait tellement raison. Puis j’ai participé à un défilé homme, celui de John Gallliano (Page facebook), j’étais dans l’équipe de Carole Lasnier, make-up art chez mon amie Serena Bonnefoy (Site web – Page facebook). John faisait un casting de maquilleurs, il fallait avoir à ce moment là les mêmes inspirations que lui, après plusieurs passages de propositions refusées de maquillage, est venu mon tour et là ma joie a éclaté. C’est moi qui était la plus proche des inspirations de John et j’ai maquillé toute seule, 35 corps de mannequins, des pieds à la tête.
Et puis il y a eu la maquilleuse Pat Mcgrath chez streeters.com (Site web – Page facebook) avec qui j’ai collaboré sur Dior (Page Facebook) et Versace (Page facebook), prada (Page facebook), Louis vuitton (Page facebook) et Charlotte tilbury chez artpartner.com (Site web).

[YAH] : Est-ce que des personnalités t’ont marquées ?
OUI tout d’abord Michel Gondry avec qui j’ai collaboré de multiples fois et Juliette Binoche sur le film intitulé Le Hussard sur le toit, Antonio Marras créateur de KENZO (Site web – Page facebook) pendant les shows j’étais sa make-up perso. Il y a eu d’autre rencontres mais sur New-york comme l’artiste Mathieu Barnes, Andre Serrano, Vincent Gallo, David LaChapelle (Site web – Page facebook) avec qui j’ai pu rencontrer et travailler avec les plus grandes stars d’Hollywood comme Kim Basinger, Reese Whiterspoon, Albert Watson (Page facebook), Mascha kolloway, Michael Schamberg le producteur réalisateur de New Order qui m’a accueilli dans New-York underground.

[YAH] : Est-ce que les rencontres, fortuites ou pas, ont été déterminantes pour toi ?
Gilles Marodon, mon mari, chercheur à l’inserm fait de la recherche sur la mutation génétique. Longtemps, son travail m’a influencé, Martine Aubry qui a des belles idées sur l’éducation et l’art, Laure Deren D.A@Marie Claire (Page facebook), et puis la rencontre avec mes deux enfants Arizona, Dünya.

[YAH] : Travailles-tu seule ou au sein d’un collectif ?
Je travaille seule en tant que maquilleuse et au sein d’un collectif pour mon travaille de art work.

[YAH] : Tu travailles sur des projets artistiques divers tels que la mode, la pub, les films, la photo. Comment ton travail s’adapte à ces différents mediums ?
Au fil des expériences, la fréquentation de ces différents mediums est devenue un jeu de jonglage très agréable. Pour chacun de ces médias, il y a des codes d’accès toujours très différents, tout cela est riche en expérience humaine et s’avère être très créatif.

[YAH] : Quel est ton rôle précis quand tu travailles sur des projets artistiques ? Apportes-tu tes idées lors de la conception d’une photo, d’un film ou autre ?
Lorsqu’un sujet est lancé soit par le photographe ou bien le styliste ou encore le réalisateur, je commence par faire des recherches et je conçois plusieurs dessins que je propose puis nous l’adaptons à l’histoire, aux vêtement et à l’époque que nous voulons exprimer et à la lumière, au décor, aux paysage et aussi aux personnage, au mannequin.

[YAH] : As-tu eu des parutions dans des magazines ou autres supports papiers et numériques ?
Mon travail est publié dans de nombreux magazines : Style and the family tunes (Site web – Page facebook), le vogue USA (Site web – Page facebook), Vogue Gioiello, ID, Upstreet, Surface, Detour (Site web), Big magazine (Site web), Raygun, L’Officiel (Site web – Page facebook), Grazia (Site web – Page facebook), Têtu (Site web – Page facebook), Marie Claire ou Gala (Site web – Page facebook).

[YAH] : Est-ce que l’on vient chercher la « patte » de Sariye aujourd’hui ?
Oui toujours pour des sujets très créatifs et sans limite.

[YAH] : Qu’attends-tu de cette année 2012 ?
Cette année, j’aimerais beaucoup me lier avec une Agence de hair&make-up, j’aimerais créer des lignes de cosmétiques pour une marque, assurer la direction artistique pour des séries de beauté, enseigner et transférer mon expérience et mon savoir faire dans des écoles de maquillage, rencontrer toujours plus d’artistes.

[YAH] : As-tu des projets artistiques prévus pour cette année 2012 ?
Oui, maquillage et coiffure pour la prise de vue de la nouvelle collection de Diçe Kayek (Site web – Page facebook). Je vais travailler sur le clip de MILKYMEE (Site web – Page facebook) chez Tsunami-addiction (site web –Page facebook). Je travaille sur une série de masques, j’aimerais par la suite les proposer à vogue bambini (Site web) ou milk mag (site web – facebook). Je travaille aussi sur une série photos : je prends en photos mes voisins. Ils sont de toutes les couleurs, j’habite dans un quartier où il y a la plus grande densitée de population européenne, c’est le 20éme art.
Je travaille avec ma caméra argentique, je fais du noir et blanc, j’ai dessiné et peint une série de beauté intitulé spring. C’est une série de 6 pages, très colorée. C’est à shooter au printemps avec les fleurs, j’en dis pas plus, je cherche une équipe (styliste, photographe, magazine) pour la réalisation et la publication ce cette série et puis je serais ravie d’accueillir des propositions de collaborations.

[YAH] : Comment envisages-tu l’évolution de ton travail aujourd’hui ?
Il ya de multiple façon d’évoluer en tant que maquilleuse et puis ça ne s’arrête jamais. Tout est toujours en mouvement, l’évolution se fait au fil des rencontres avec les autres, je laisse le fleuve me conduire là ou l’herbe pousse le plus sainement.

[YAH] : Que pourrais-tu donner comme conseils à de jeunes talents qui cherchent à sortir du côté sombre de la force ?
« Free-thinking », sans limite, curiosité, tout votre univers doit devenir maquillage, Obsession.

[YAH] : Que penses-tu du concept YOU-ART-HERE ?
« very kind ».

[YAH] : A quand un site sur YOU-ART-HERE ?
Maintenant.

[YAH] : Un petit mot pour finir ce café crème 2.0 ?
I am pleased to share ce café crème avec YAH merci.

[Interview réalisée par Patrice.]

POUR ALLER PLUS LOIN :
• Site web YAH
• Profil YAH
• Site perso
• page facebook

LES PARUTIONS DE SARIYE :
• christianmoser.com / expo plastiqueone@shu-Uemura
• AndreaGiaccobbe.com / Detour
• MaryRossy.com / Surface
• Mascha Kalloway / expos Yves Saint Laurent
• Défilés : Kenzo, Sonia Rykiel, Prada, Dior, Louis Vuitton.

SARIYE RECHERCHE :
Je recherche un agent, des collaborations avec des photographes, stylistes et magazines et je voudrais collaboré avec les talentueux Label Turques comme Arzu Kaprol (site web – facebook), Hussein Chalayan (site web – facebook), Hakaan Yildirim (site web), Serkan Cura, et le cinéaste Nuri Bilge Ceylan (site web –facebook) et puis avec tous les personnes qui aiment mon travaille.

DES LIEUX QUI PRIVILÉGIENT LES JEUNES TALENTS :
…Des lieux… Le premier, c’est le centre George Pompidou & sa librairie (site web – facebook), le palais de Tokyo (site web) et sa librairie, la cinémathèque Française à Bercy (site web – facebook), la bibliothèque fourney, Le musée d’Orsay (site web), toutes les galeriephotos et peintures, sculptures, installations.